Sculptures urbaines, Riffis&Valera, 2016

 

Élaboration de sculptures étranges à base d’encombrants récupérés dans l’espace urbain. Recherche de formes et de rythmes spécifiques afin d’arriver à des sculptures  singulières et inattendues.

 

Ce travail a été conçu pour l'exposition collective Visions Urbaines, Sortie 13, Pessac 2016.

 

 

Ces sculptures au cours de leur élaboration nous ont suggéré des pistes d’interprétations :

 

 

 

Macadam, sculpture, 2016
Macadam, sculpture, 2016

Évocation du centre-ville, du macadam, des différents niveaux de circulation : piétons et  véhicules... La sculpture apporte l’idée d’un mouvement contraint (roues, rollers, patin à roulette : contrariés), stoppé par un accident de parcours. Standby forcé d’une ville en mouvement permanent, pansant ses maux.

 

Quartiers d'affaires, sculpture, 2016
Quartiers d'affaires, sculpture, 2016

Évocation de la modernité d’une ville tour, high-tech et hors sol, d’un quartier des affaires...

 

Architecture luxueuse et clinquante, un peu déshumanisée et impénétrable, hautaine, incarnée par ces matériaux brillants aux rythmes formels esthétisant.  

 

A l'équerre, sculpture, 2016
A l'équerre, sculpture, 2016

Évocation du projet d’architecte, avec des éléments de base de la construction : brique, fer à béton... La sculpture, bien qu’elle utilise des matériaux élémentaires, semble habitée d’une étrange précision, stricte, presque maniaque.

 

C’est le début d’un chantier et pourtant on sent que les éléments sont précisément disposés. Il n’y a apparemment pas de hasard. Le coté aérien du fer à béton disposé verticalement veut se faire l’écho optique et rythmique des gravures de Blandine Galtier évoquant l’érection d’un immeuble, d’un chantier où le dessin et le dessein de l’architecte se précise progressivement.

 

Vague de terrain, sculpture, 2016
Vague de terrain, sculpture, 2016

Évocation de la décharge, du terrain vague, d’une zone abandonnée de l’humanité.

 

La vague évoquée par la forme du garde bout de camion peut aussi faire songer à un cataclysme, un grand bouleversement dans l’organisation humaine et son urbanisme : épidémie, guerre civile, mais aussi tremblement de terre, tsunami, cyclone, vie post-atomique …

 

Poser ses valises, sculptures, 2016
Poser ses valises, sculptures, 2016

Évocation des nouveaux arrivants, et des personnes marginalisées.

 

 

 

Des valises et des chaises sur un déambulatoire, emballées que l’on voit par transparence évoquent des vies en standby sans encrage possible, des vies en attente, ballotées, des vies qui deviennent fragiles, vulnérables, sur le fil. Il est impossible de s’asseoir et d’asseoir sa vie !

 

Les gens du voyage qui ont rarement leur place en ville et qu’on préfère installer en périphérie. C’est aussi le chariot, la poussette ou le caddie rempli du sdf ...    

 

Liens à faire avec l’œuvre de Lucie Bayens, tente primitive cousue à la main, constituée de peaux de canard.

 

The day after, photographies, 2017 

Photographies sous marines sur les effets du réchauffement climatique et la montée des eaux
The day after, photographies, 2017

Waterways, vidéo, 2017

Waterways, vidéo, 2017
Waterways, vidéo, 2017

Floods, photographies, 2017

Travail photographique de l'artiste Laurent Valera lors de sa résidence d'artiste en Allemagne
Floods, photographies, 2017