Sanctuaire, Source of Life Part II, projet, 2015-2016

 

 

Projet proposé pour le concours des Talents Contemporains 2015 de la Fondation François Schneïder à Wattwiller.

Résultats en avril 2016.

Source of Life, Part II, projet
Source of Life, Part II, projet

 

A l’heure de la question du réchauffement climatique et de ses répercussions sur la vie sur terre, entre autre par rapport à l’accessibilité à l’eau douce, ce travail renvoie aux origines sacrées de l’eau et à une vision écoresponsable de son accessibilité et de sa préservation.

 

La genèse du projet est l’association de deux mythes, La Fontaine druidique de Bernos à Saint-Laurent-en-Médoc  et l’Arbre Fontaine de l’île d’El Hierro aux Canaries - El Hierro est 100% autonome énergétiquement en énergies renouvelables.

 

Gravure de l'arbre fontaine et blason d'El Hierro. Fontaine druidique de Bernos à Saint-Laurent en  Médoc
Gravure de l'arbre fontaine et blason d'El Hierro. Fontaine druidique de Bernos à Saint-Laurent en Médoc

Cette œuvre a pour volonté de nous ramener à des valeurs élémentaires envers l’eau, tout comme au premier temps de l’eau comme le défini André Guillerme dans son ouvrage « Les Temps de l’eau ». Selon lui se succèdent depuis la Bas-Empire Romain à nos jours 4 temps de l’eau (étude réalisée sur les villes du nord de la France). Le 1er temps pose l’eau en élément sacré : cultes druidiques, vertus thérapeutiques, en même temps que se développe les premiers réseaux hydrauliques romains qui recèlent des ordres sacrés. Le 2nd temps, du Xe au XIVe siècle, exploite la dimension mécanique de l’eau avec le développement de l’artisanat selon la dentelle de ces « petites Venise » que constituent les nouvelles villes passionnées de leur hygiène (étuves, hôpitaux, égouts) et économes de leur énergie (moulins). Du XIVe au XVIIIe siècle, 3ième temps, l'eau stagne. La putréfaction gagne et un dépeuplement l'accompagne : la ville se perd dans ses miasmes – utilise la fermentation pour développer une nouvelle économie. 4ième temps, du XVIIIe à nos jours la révolution industrielle promeut les valeurs de l'hygiène active et rend à l'eau sa puissance : la nouvelle chimie, l'hydraulique favorisent une vision purifiée des problèmes. L'eau s'est réveillée et coule dans des tuyaux, cachée, propre et contrôlée, tandis que les tourbes urbaines et les égouts s'enfoncent et disparaissent.

 

L’idée ici est de ramener à la surface cette eau source du vivant, visible et étincelante, dynamique et chantante, s’écoulant pure et cristalline d’un sanctuaire de pierre. Le mur circulaire en pierre sacralise l’eau qui s’écoule de son enceinte. De par sa hauteur (2 mètres)  il empêche le spectateur de voir ce qu’il s’y passe accentuant le mystère qui s’en dégage. Renforcé par la porte en bois entrouverte vers l’intérieur, inaccessible du fait du bassin qui se forme à sa sortie, qui laisse entrevoir et sous-entendre que le lieu est entièrement habité d’eau. Pourtant un arbre s’en dégage ! Le lieu devient alors symbolique et sacré. L’arbre évoque l’arbre sacré d’El Hierro, un Garoé ou arbre fontaine, qui avait la particularité de capter l’eau de la brume de cette île semi-désertique et de la restituer en pluie à son pied. Également il apporte tout le symbolisme de l’arbre dans sa capacité à désigner, à signifier, voire à exercer une influence en tant que symbole. L'arbre en général est symbole (de l'homme, du cosmos, de la vie...), et chaque arbre en particulier est un symbole (le chêne symbolise la majesté, l'aulne, l'humilité). Les textes des troubadours, des conteurs et des poètes chantent l'arbre comme l'axe du monde, la flamme de vie, le pont du ciel, l'image de l'éternelle vigueur. De par sa verticalité, l'arbre est le lieu sacré où le ciel s'enracine à la terre. L'arbre met en relation les trois niveaux du cosmos. L'arbre est le symbole par excellence de la vie en perpétuelle évolution. Le déroulement de son cycle annuel l'associe naturellement à la succession de la vie, de la mort et de la renaissance. On rencontre des arbres sacrés, des rites et des symboles végétaux dans les traditions populaires du monde entier, dans les métaphysiques et les mystiques de tous les temps, des époques archaïques jusqu'à nos jours. Parfois, l'univers est représenté par un arbre géant ; dans d'autres traditions, l'humanité naît d'un arbre. L'arbre est toujours associé à ce qui est vivant et créateur. L’association arbre-eau transcende la magie du lieu, la magie de cette source fantastique point de départ d’une nature mère, d’une eau de vie, d’une eau sacrée.

 

The day after, photographies, 2017 

Photographies sous marines sur les effets du réchauffement climatique et la montée des eaux
The day after, photographies, 2017

Waterways, vidéo, 2017

Waterways, vidéo, 2017
Waterways, vidéo, 2017

Floods, photographies, 2017

Travail photographique de l'artiste Laurent Valera lors de sa résidence d'artiste en Allemagne
Floods, photographies, 2017