humanités, peintures, 2001-2003

L’accumulation des matières comme l’accumulation d’un vécu, l’accumulation des matières comme un lien métisse des genres ; le temps, le temps de la vie qui passe, temps de gestation, de maturation, d’apprentissage, temps qui prend son temps ou temps minute ; c’est en mélangeant ce temps et ces matières que naissent les portraits d’ »humanités ». Des portraits universels et intemporels de l’existence humaine, des portraits qui donnent à voir, à nous voir. 

 

Pour plus de photos me contacter.